....Why Piano Camp Can Change Your Life (It Changed Mine Forever)..Pourquoi créer une Académie Internationale de Piano?....

....Hello to everyone reading this blog. This is my first blog post ever! And surely not my last.

You probably all wonder why a concert pianist who won these international piano competitions, travels and performs all around the world would be interested in creating an international music/piano camp?

The answer is quite simple actually. Let’s go back in time, to when I was 15 years old.

At that time, my ONLY serious ambition was to be a fighter pilot for the French Army (yes, I was born and raised in France). I had a knack for Math and Physics. Back then, I thought that I would graduate from high school, go to pilot school for becoming a pilot, commence to the army and my life was complete! My fate/future was sealed (by me) and I couldn’t wait to become a “Top Gun” type of guy. I was physically fit, perfect eye sight (25/20), and LOVED competition, and excelled as soon as any challenge, no matter how small or large presented itself.

So here I am at 15, convinced that my life was a straight line to piloting those jets!

BIG MISTAKE!!

I forgot to mention that at that time, I played the piano (and I am using “play”, NOT practice purposefully) around two to three hours per week! I was NOT really what one would call the perfect piano student! I did not know much about Classical Music. I always LOVED Classical music for as far as I remember. Classical Music always made me dream. I loved the power of the orchestra, and it always took my breath away when I was listening to it. At the Conservatory where I was a young student, and because I was an excellent student (in the sense that I aced two tests per year (instead of one required per year), it was a tradition that best students were offered a LP (Yep! at that time it was LPs, CDs did not exist yet). I remember picking “Pictures at an exhibition” from M. Mussorgsky/Ravel (I will come back in another blog of how oblivious I was to the slash between Mussorgsky and Ravel). I remember listening to it (I was around 13 then), and while listening to the whole piece I was mesmerized by how vivid the images were passing in front of my eyes. I could picture everything that my own mind would create. I remember crying and laughing all while conducting alone, for an invisible orchestra. I remember feeling exhausted at the end of the piece after listening to “The Great Gate of Kiev”. Retrospectively, these were probably my first very deep “teenager” emotions I remember having. I also clearly remember saying to myself in the most conquering way: “I will play that piece!” I didn’t know how close I would be one day to actually do it and even record it.

But I digress, back to my “life” when I was 15. At that time, Classical Music existed in my life, but was not an important part of my daily practice life. Then one of my best music friend told me that I should go with him for almost a month to a music camp and enjoy playing music with lots of different instruments. He also added that there would be an orchestra composed mainly by the music students, concerts and so much more! The camp is held in an Abbey about 150 miles from Paris (where I resided), and I thought: “Why not”? Convincing my parents was pretty easy as they have always been very supportive of my music career. So here I am, about to enter a world that would change my perspective on how i saw life, and how i lived my own.

 

My first Music/Piano camp experience:

First I was fascinated to be in contact with so many young musicians (about 100) who all had such a strong passion for music. I didn’t even know they existed and there were so many!

Second, I received instructions every day, and practiced every single day too (no Sunday or days off). But here is the kicker: I LOVED it! I, who almost never practiced, went from a maximum of three hours a week to four hours a day. I was craving it! When I did not practice I spent my time listening to free masterclasses offered every day by all the teachers. I learned so much. I learned new repertoire, new piano techniques. About piano techniques, I realized that because everyone is different, teacher DO teach differently each students. While listening to the music lessons I was actively wondering if this advice would help me or was relevant to me. After dinner time, we attended teacher’s rehearsals preparing for the final performances given at the end of the camp, or I was socializing with these literally 100 young musicians. I was totally fascinated and immersed in a world I didn’t know existed.

Third, I felt very quick improvements in my piano playing, and my peers were always there to support me, or give me their comments. It was a very nurturing environment and to me, a complete dream.

Fourth, I was walking around this huge Abbey. There were always people practicing everywhere, all the time, in their bedrooms, outside (if weather permitted of course), in the classrooms, in the practice rooms. It felt as if the Abbey itself, its walls, its roof, every room were breathing, living, singing Classical Music. I felt transported in another world. I loved it but was totally unaware how those moments were in fact changing my life, my future, the fate I drew for myself.

The camp ended with magnificent concerts from the teachers, culminating with a concerto with full orchestra. I will always remember this final closing concert. It was my first experience ever to hear a whole orchestra performing so close to me. I knew everyone in the orchestra too (as they were the students of the camp), which was creating an even bigger connection between me and the music.

The camp ended, everyone left in the morning, we said our goodbyes. My parents picked me up a little later in the afternoon. So I had to wait for them for some 5 or 6 hours at the Abbey. The most dramatic wait of my life! I walked the building, this gorgeous Abbey, and I felt completely empty, as if I was left in the middle of a desert. No music, no sound, NOTHING!  A very dreadful silence filled this place. It was as if the place became a ghost town.  I remember looking at the sky and sobbing. Sobbing like teenagers can do. I sobbed and sobbed, I wanted the music back, I wanted this immense joy I felt deep in me back. I couldn’t imagine all of this past month filled with joy and fascination of this new world to just be a “moment” of my life.. I wanted it to BE my life and FOREVER! I could not understand. What I went through was too powerful to disappear like that. I didn’t realize then that I just made a vow to myself to become a professional musician.

This camp had changed my life forever, and this was probably one of the happiest and saddest day of my life too!

I came back to my house, and couldn’t stop living, breathing, eating, sleeping Classical music, couldn’t stop listening to Classical music 24/7. My life had taken a complete 180 degree turn. I didn’t want to be a pilot anymore. I was listening to Classical music on the main National Classical radio relentlessly, checking programs, recording non-stop all the pieces I didn’t know (which were hundreds and hundreds of them), falling asleep with my headphones on, waking up at 3 or 4am realizing I fell asleep. Waking up the next morning, and first thing I thought about was listening, listening, listening to Classical music. I so wanted to go back to this place where I felt so deeply touched by the words of music. That place where all the dreams, all the hopes, and all the beauty of life can be expressed freely.

I became an avid practicer. I went from 3 hours a week to 6 hours a day! I didn’t want to go to school anymore. I ONLY wanted to practice and listen to Classical music. I became a bulimic and totally addicted to those beautiful melodic lines, gorgeous colors, textures. Every time I heard Classical music I felt projected back in time during my first Music/Piano Camp where I felt all these deep and amazing emotions.

So I think it would come as no surprises of why I want to organize Music and Piano Camps. It is simply because I truly believe in the power of Classical music and the effect it can have on us human. This effect is even stronger stronger on younger children. I want to offer to young musicians the same chance I had to participate and try to connect with their deep emotions. Teenagers have lots of trouble with deep emotions, their body changes, their concept of relationship changes, everything changes. Classical Music is such a powerful way to reach your inner emotions and learn to express them in a very positive and organized way. The effect Classical Music can have on youngster will never change. Sending them to Music Camps is one of the best service parents can do to help their children.

I never thought about those camps as a competition to become a young professional. True, some might become professional musicians after all, but my goal remains to give them a chance to truly and fully enjoy the depth of their emotions through Classical Music.

I hope you liked my first blog post, and please feel free to comment on it or share your thoughts. I will be always happy to read them.

Have a wonderful week.  

To learn more about what the Piano camp in Orlando offers click here:    

To learn more about what the International Music camp in Paris and Athens offers, click here:

Or: Register Today!

..

Bonjour ou bonsoir à tous ceux qui liront ce blog. Mon tout premier blog ! (et probablement pas mon dernier !)

Pourquoi est-ce qu’un pianiste concertiste qui a gagné des concours internationaux et voyage à travers le monde, pourrait être intéressé dans la création d’une Académie Internationale de Piano ?

La réponse est assez simple en fait… mais pour mieux comprendre ma démarche, revenons en arrière lorsque j’avais 15 ans.

A cette époque, ma SEULE ambition sérieuse était de devenir un pilote de chasse pour l’armée française. J’étais plutôt doué pour les mathématiques et la physique. Mon parcours était donc d’avoir mon bac, faire l’école des pilotes, rejoindre l’armée française et voilà!! Mon futur était donc tout tracé (par moi) et j’étais très impatient et heureux de devenir le prochain « top gun » ! J’ai toujours été en pleine forme physique, une vue parfaite (25/20), et j’adorais la compétition. En effet, chaque fois qu’une épreuve ou un challenge se présentait à moi, je donnais toujours le meilleur de moi-même. Ce dernier me stimulait et m’aidait à devenir meilleur.

Donc me voilà, à 15 ans, convaincu que ma vie serait une ligne droite vers le pilotage des avions de chasses!

GROSSIERE ERREUR!!

J’oublie quand même de vous dire qu’à cet âge, je pianotais déjà (j’ai commencé à 10 ans et demi). Et J’utilise ce terme car j’étais loin de prendre le piano au sérieux, travaillant à l’époque 3 à 4 heures par semaine. J’étais donc loin d’être l’élève idéal et je ne connaissais pas grand-chose à la musique Classique. Mais pourtant, aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours ADORE la musique Classique car elle me faisait toujours rêver et  m’emportait loin. J’étais fasciné en particulier par la puissance émotionnelle dégagée par un orchestre qui  me faisait toujours vibrer de manière très profonde. Au conservatoire où j’ai commencé mes études, j’étais un excellent élève dans le sens où je présentais et réussissais les deux années d’examen tous les ans. Dans ce conservatoire, la tradition voulait que les meilleurs élèves choisissent un 33 tours parmi une collection offerte par le conservatoire (et oui à cette époque il n’y avait pas encore de CD). Je me souviens avoir choisi « les tableaux d’une exposition » de Moussorgski/Ravel (je reviendrais dans un autre blog sur le fait que je n’avais aucune idée de ce que la barre de division entre Moussorgski et Ravel voulait dire). Je me souviens écoutant ce chef d’œuvre (j’avais à peu près 13 ans) et pendant l’écoute, je me sentais plonger dans un monde rempli d’images et d’émotions si présentes, que j’avais l’impression de pouvoir les toucher. Je me rappelle de toutes ces images, ces tableaux décrits ; je pouvais les voir avec mon imagination stimulée par cette musique incroyable. Je me revois pleurant, riant et conduisant dans les airs cet orchestre invisible. A la fin de chaque écoute qui finissait par “la grande porte de Kiev”, j’étais épuisé ! En y repensant, la musique Classique m’a sûrement fait vivre mes premières émotions d’adolescent. Je me souviens aussi dire fièrement,  tel un conquérant (comme seuls les enfants savent le faire): « Je jouerais ce morceau ». Je ne savais pas du tout à l’époque à quel point j’étais proche de la réalité future, à dire en faire un enregistrement live!   

Mais je m’égare un peu, revenons à quand j’avais 15 ans. La musique Classique existait dans ma vie, mais ne faisait pas partie de mon quotidien.  Or, cet été là, un de mes meilleurs amis m’a proposé à participer à mon premier stage de musique (qui durait presque un mois). Il m’expliqua que ce stage me permettrait de découvrir le plaisir de jouer en musique de chambre (donc avec les autres). Il rajouta qu’il y aurait aussi un orchestre (crée principalement par les stagiaires), des concerts, des cours d’instruments, etc. Le stage aurait lieu à quelques 150 kilomètres à l’Ouest de Paris dans une abbaye. J’ai alors pensé : « pourquoi pas » ? Convaincre mes parents n’était pas la chose la plus difficile car ils m’ont toujours soutenu dans mes études musicales.  

Me voilà donc parti dans ce monde inconnu, n’ayant absolument AUCUNE idée qu’il puisse changer à tout jamais le cours de ma vie!

Mon premier Stage International de Musique:

Tout d’abord, j’étais fasciné par le contact journalier avec autant de jeunes musiciens (une centaine), tous passionnés de musique classique.

Ensuite, je recevais des cours tous les jours. Je travaillais enfin mon piano quotidiennement aussi, (Pas de pause le Dimanche) et le pire c’est que j’aimais ça ! Ça me rendait heureux. Moi, qui ne travaillais que très peu, je passais donc de 3 à 4 heures par semaine à 3 à 4 heures par jour! J’adorai ça ! Quand je ne travaillais pas mon piano, je passais mon temps à écouter les master-classes des autres professeurs (pas seulement de piano, mais de violon, flûte, clarinette, violoncelle, etc.). Durant ce stage, j’ai tellement appris ! De nouveaux répertoires, de nouvelles techniques de piano. Je me suis rendu compte que les professeurs adaptent leurs méthodes d’enseignement aux besoins de l’élève. Pendant ces leçons, je me demandais toujours si ces techniques pourraient m’aider ou non. Le soir, j’en profitais pour écouter les répétitions des professeurs pour le grand concert final, ou faire mieux connaissance avec les quelques 100 autres étudiants. Je me sentais totalement  immergé dans un monde musical qui me rendait profondément heureux.

Forcément, je progressais beaucoup plus rapidement qu’à l’accoutumée. Mes pairs étaient toujours présents si je le souhaitais pour me soutenir ou échanger leurs commentaires. J’étais dans un environnement extrêmement nourricier! Je vivais dans un rêve.

Lorsque je marchais autour de cette immense abbaye, j’étais enchanté de voir qu’il y avait toujours des gens qui travaillaient leur instrument, tous le temps, et partout ! Dans leur pièce de répétition, leur chambre à coucher, dehors, dans les salles de classes, etc. L’abbaye elle-même, ses murs, ses plafonds, toutes les salles semblait respirer, vibrer de toute cette musique Classique. Je me sentais transporté dans un autre monde. Un monde qui me faisait rêver. Mais j’étais totalement inconscient du fait que ces moments changeraient le cours de ma vie, mon futur , ce futur que je m’étais si clairement dessiné.

Le stage se termina avec quelques magnifiques concerts de professeurs, culminant avec le triple concerto de Beethoven. Je me souviendrais toute ma vie de ce concert final. Ce fut la première fois que je pu écouter un orchestre symphonique d’aussi près. De plus, je connaissais tout le monde car l’orchestre était fait des stagiaires et des professeurs, ce qui créait une plus forte connexion entre l’orchestre et moi ! Je me sentais en osmose avec celui-ci, avec la musique.

Le stage se finit, on s’est tous dit au revoir. Tout le monde parti dans la matinée. Mes parents étaient, eux, venus me chercher plus tard dans l’après-midi. Ces 3 ou 4 heures à attendre leur arrivée furent probablement les plus traumatisante de ma vie !  Je marchais autour du bâtiment, cette immense et grandiose abbaye, seul, et je me senti comme complètement vidé et abandonné au milieu du désert ! Plus de musique, plus de sonorités harmonieuses, PLUS RIEN ! À la place, un silence très lourd comblait tous ces espaces. C’était un peu comme si je venais d’atterrir dans une ville fantôme. Je me souviens alors avoir regardé le ciel et m’être effondré en larmes. J’ai pleuré et pleuré toutes les larmes de mon corps comme seuls les adolescents savent le faire. Je voulais que cette musique revienne, cette musique qui m’avait rempli d’émotions et d’une profonde joie, qui m’avait charmé durant ce mois passé. Je me demandais si je ne retrouverais jamais ce monde emprunt de joie et de bonheur, ces amis, ces rencontres, tout étant centré autour de la musique, ou si au contraire, ce mois dernier n’était qu’un moment passager dans ma vie, un moment qui allait disparaitre aussi vite qu’il était arrivé, comme une étoile filante qui ne reviendrait pas ? NON ! Je voulais que ces moments  deviennent ma vie, et pour toujours. Je n’avais pas encore les moyens de comprendre ce qui s’était passé, mais je savais qu’une expérience aussi forte et puissante n’avait pas le droit de disparaitre aussi rapidement. Ce que je n’avais surtout pas réalisé, c’est que je venais de me faire la promesse secrète de devenir un musicien professionnel.  

Ce stage a changé ma vie pour toujours !

Quand je suis retourné chez moi, je ne pouvais plus penser à autre chose que la musique. Cette si belle musique que j’avais maintenant effleuré et qui m’avait touché au plus profond, était partie intégrante et permanente de ma vie de tous les jours. Je ne voulais plus être pilote de chasse mais seulement écouter de la musique Classique 24 heures sur 24 ! J’écoutais France Musique non-stop. Je regardais les programmes de radio pour pouvoir enregistrer et écouter en permanence les œuvres que je ne connaissais pas (et il y en avait vraiment beaucoup !). Je m’endormais souvent avec le casque d’enregistrement sur les oreilles,  me réveillant parfois à 3 ou 4 heures du matin allongé sur le sol de ma chambre, l’enregistrement lui s’étant arrêté depuis bien longtemps. Lorsque je me réveillais le matin la seule chose à laquelle je pensais était d’enregistrer et d’écouter encore et toujours, d’apprendre le plus de musique possible : cela devenait de la « boulimie musicale », si bien que je ne pouvais plus m’arrêter !  Je ne pensais qu’à retourner dans cet endroit extraordinaire où tous les rêves, tous les espoirs et toute la magie de la musique pouvait s’exprimer librement.

Je devins beaucoup plus assidu dans mon travail pianistique journalier. Je me mettais à travailler entre 3 et 6 heures par jour ! Je ne voulais plus aller à l’école : seulement écouter de la musique et la travailler. J’aimais me plonger dans toutes ces magnifiques mélodies, écouter ces couleurs et textures musicales. Chaque fois que j’écoutais de la musique Classique je me sentais revivre ce stage et retrouvais toutes ces émotions profondes que j’y avais ressenties.

Je pense que vous comprendrez maintenant sans trop de difficulté et sans trop de surprises pourquoi je veux organiser une Académie Internationale de Musique. C’est tout simplement parce que je crois en le pouvoir de la musique Classique et l’effet qu’elle génère sur nous, les humains, et sur l’impact encore plus puissant qu’elle peut avoir sur les enfants et les adolescents. Je souhaite réellement offrir la chance à nos jeunes musiciens afin qu’ils aient celle que j’ai eue lorsque j’ai participé à ma première académie. Qu’ils soient en fusion avec leur sensibilité. Les adolescents ont souvent des difficultés avec leur sentiments : leurs corps change, tout comme leur conception des relations humaines. Tout change pour eux et très vite ! La musique Classique est un instrument tellement puissant pour les jeunes étudiants (et même tout le monde) et, se mettre en contact avec ces émotions profondes et si fortes en apprenant à les canaliser leur permet de les exprimer d’une manière organisée et positive. L’importance considérable que la musique Classique peut avoir sur nos jeunes ne changera jamais. Les envoyer dans ces stages de musiques qui leur offre le pouvoir de se retrouver au plus profond d’eux même en étant immergé entièrement dans cet univers musical est probablement l’un des plus beau cadeaux que les parents puissent offrir à leur enfants. Il les aidera également à grandir et murir de manière saine et construite.  

Je ne conçois pas cette Académie Internationale de Musique comme une compétition pour nos jeunes musiciens. Il est vrai que certains seront peut-être de futurs professionnels, mais mon but ultime reste d’offrir une unique chance de remarquer, d’apprécier et d’organiser leurs émotions les plus enfouies au travers du contact et de l’apprentissage de la musique Classique.

J’espère que vous avez aimé ce premier blog, et merci de ne pas hésiter  à me laisser vos commentaires et partager vos idées. Je serai heureux de vous lire.

A très bientôt,

Musicalement vôtre,

 

Pour en savoir plus sur le Stage International de musique en France et en Grèce, cliquez ici
ou inscrivez vous.

 

....

 

English
French